decisions.ch - Schweizer kennzeichenrechtliche Entscheide
 

THINKCENTRE / THINKshop

 

1/8

Décision

Procédure d’opposition n° 12349

dans la cause

Lenovo (Singapore) Pte. Ltd.

6 Battery Road, # 33-01

Singapore 049909 - Chine Opposante

Représentée par Novagraaf Switzerland S.A., 1220 Les Avanchets/Genève

Marque suisse n° 512 683 « THINKCENTRE »

contre

CRTechnologies AG

Auf dem Wolf 37

4052 Basel

Défenderesse

Marque suisse n° 625 428 « THINKshop »

L'Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle en application des art. 31 ss en relation avec l'art. 3 de la Loi sur 

la protection des marques et des indications de provenance (LPM, RS 232.11), des art. 20 ss de l'Ordonnance 

sur la protection des marques (OPM, RS 232.111), des art. 1 ss du Règlement sur les taxes de l'Institut Fédéral 

de la Propriété Intellectuelle (IPI-RT, RS 232.148), des art. 1 ss de la Loi fédérale sur la procédure 

administrative (PA, RS 172.021), 2/8

considérant:

I. FAITS ET PROCEDURE

1. La marque suisse n° 625 428 « THINKshop » a été publiée le 2 février 2012 sur Swissreg

(https://www.swissreg.ch/srclient/faces/jsp/trademark/sr30.jsp). Elle est enregistrée notamment pour les 

produits suivants:

« Tintenstrahldrucker; Tintenpatronen [Toner] für Photokopiergeräte [leer]; wissenschaftliche, Schifffahrts-, 

Vermessungs-, fotografische, Film-, optische, Wäge-, Mess-, Signal-, Kontroll-, Rettungs- und 

Unterrichtsapparate und -instrumente; Geräte zur Aufzeichnung, Übertragung und Wiedergabe von Ton und 

Bild; Apparate und Instrumente für die Leitung, die Verteilung, die Umwandlung, die Speicherung, die 

Regulierung oder die Steuerung von elektrischem Strom; Magnetaufzeichnungsträger, Schallplatten; 

Verkaufsautomaten und Mechaniken für geldbetätigte Apparate; Registrierkassen, Rechenmaschinen, 

Datenverarbeitungsgeräte und Computer, Computer-Software; Feuerlöschgeräte.» (classe 9)

2. Par requête du 2 mai 2012, l’opposante a formé opposition partielle contre les produits précités de cet 

enregistrement. L’opposition se fonde sur la marque suisse n° 512 683 «THINKCENTRE », enregistrée 

notamment pour les produits suivants:

« Wissenschaftliche, Schiffahrts-, Vermessungs-, fotografische, Film-, optische, Wäge-, Mess-, Signal-, Kontroll-, 

Rettungs- und Unterrichtsapparate und -instrumente; Apparate und Instrumente für die Leitung, die Verteilung, 

die Umwandlung, die Speicherung, die Regulierung oder die Steuerung von elektrischem Strom; Geräte zur 

Aufzeichnung, Übertragung und Wiedergabe von Ton und Bild, Magnetaufzeichnungsträger, Schall-platten, 

Verkaufsautomaten und Mechaniken für geldbetätigte Apparate, Registrierkassen, Rechenmaschinen, 

Datenverarbeitungsgeräte und Computer, Feuerlöschgeräte; Computersoftware, Computer, Computeranlagen, 

elektronische Unterhaltungsgeräte; Hardware, insbesondere für Steuerung, Überwachung, Betrieb, Entwicklung 

von Computern, Computeranlagen, Computeranwendungen, Informationspräsentation, Zu-gangskontrolle zu 

anderen Programmen; informations- und datenverarbeitende und -übermittelnde Anlagen und Geräte; 

Halbleiterbauelemente, elektrische Schaltkreise, Speichermedien, Server, Anzeigen (Displays), Batterien, 

Elektrokabel und deren Teile, Stecker; elektrische, magnetische, optische Module; Hardwarekomponenten, 

Sensoren, Zentrale Recheneinheiten; elektrisch, magnetisch, optisch gespeicherte Dateien, insbesondere 

Finanzdateien, wissenschaftliche Dateien, publizistische Dateien, Instruktionsdateien (Manuals), elektrische und 

elektronische Bauteile; Antennen, Komponenten der Datenfernübertragung, elektrische Baugruppen, 

Eingabegeräte, Ausgabegeräte, Computerperipherie, Netzwerke, Integrierte Schaltungen, 

Netzwerkkomponenten; elektrisch, magnetisch, optisch gespeicherte Algorithmen; Computerausrüstung; 

Computerzubehör soweit in Klasse 9 enthalten; Mausmatten (Mousepads), Schaltungen, Systemplatinen, 

Steckkarten; magnetische, optische, elektrische Scheckkarten, Chip-karten (Smartcards), PCMCIA-Karten; 

Stromversorgungsgeräte, Transformatoren, elektrische Umformer, Geräte zum Datenspeichern oder -lesen; 3/8

Computerterminals, Arbeitsplatzrechner (Workstations), Steuereinheiten, Netzwerkterminals, 

Kommunikationsterminals, Adapter, Drucker, Schnittstellen (Interfaces), Hardwarekomponenten für Steuerung 

und/oder Überwachung, Alarmanlagen; elektronische Überwachungsanlagen, insbesondere solche die zentrale 

Recheneinheiten, Computer, Server, Anzeigen, Software umfassen; Computer mit Peripherie; Geräte zum 

Aufnehmen und/oder Wiedergeben von Audiosignalen oder Videosignalen, darunter Kopfhörer, Mikrophone, 

Kameras, Lautsprecher; datenübertragende oder -empfangende Geräte oder Medien, Sender-Empfänger 

(Transceiver), Telefonstationen und -anlagen, Telefone, Telefaxgeräte, Schalter, Multiplexer, Demultiplexer, 

Modems, Sender, Empfänger, elektronische Bauteile, elektronische Geräte, gedruckte Schaltungen, 

Mikroprozessoren; Datenspeichermedien wie Disketten, Bandspeichermedien, Plattenspeichermedien; 

Multimedia-Adapterkarten für PCs, Arbeitsplatzrechner (Workstations); elektronische persönliche 

Kleincomputer, elektronische Taschenagendas, Personenrufgeräte (Pager), mobile Computerhardware oder -

komponenten, Sensoren, Feuchtefühler, Temperaturfühler, Helligkeitsfühler, Magnet- und Videobänder, CDs, 

CD-Halter, CD-Hüllen, Projektoren, Fernbedienungsgeräte, Computerkoffer, elektrische, magnetische, optische 

Datenträger, Büromaschinen soweit in Klasse 9 enthalten und ihre Komponenten, Fotokopierer, 

Telekommunikationsgeräte und deren Komponenten, leitfähige und nichtleitfähige Überzüge für Leiterplatten.» 

(classe 9)

3. Le 3 mai 2012, l’Institut a accusé réception de l’opposition.

4. Le 10 mai 2012, l’Institut a émis une décision impartissant un délai au 10 juillet 2012 à la défenderesse

pour présenter une réponse.

5. Le 26 juillet 2012, l’Institut a émis une décision de clôture de la procédure d’instruction, la défenderesse 

n’ayant pas pris position dans le délai imparti.

II. CONDITIONS REQUISES POUR UNE DECISION SUR LE FOND

Selon l’art. 31 LPM, le titulaire d’une marque antérieure peut former opposition contre un nouvel enregistrement 

en se fondant sur l’art. 3 al. 1 LPM. L’opposition doit être motivée par écrit dans les trois mois qui suivent la 

publication de l’enregistrement. La taxe d’opposition doit également être payée dans ce délai. 

La marque suisse attaquée a été déposée le 15 décembre 2011. La marque suisse opposante est antérieure 

car elle a été déposée le 18 février 2003 et bénéficie d’une priorité partielle américaine au 26 août 2002. 

L’opposition a été introduite dans le délai et les formes requises. La taxe a été payée dans le délai. Il convient 

par conséquent d’entrer en matière dans la présente procédure.4/8

III. EXAMEN MATERIEL

A. Motifs d’opposition

Selon l’art. 3 al. 1 let. c LPM, sont exclus de la protection les signes similaires à une marque antérieure et 

destinés à des produits identiques ou similaires, lorsqu’il en résulte un risque de confusion.

B. Comparaison des produits et services

Des produits et/ou des services sont similaires si les cercles des consommateurs intéressés et en particulier le 

dernier acquéreur peuvent penser, en présence de marques similaires et au regard des lieux de production et 

de distribution usuels, qu’ils proviennent de la même entreprise ou au moins qu’ils sont produits par des 

entreprises liées sur le plan économique et sous le contrôle d’un titulaire unique des marques (voir notamment 

Directives en matière de marques, état au 1.7.2012, [ci-après Directives], 

https://www.ige.ch/fileadmin/user_upload/Juristische_Infos/f/rlma/rlma_f.pdf; Partie 5, ch. 7.1 et ss).

L’opposition est dirigée contre une partie des produits revendiqués par la marque attaquée, à savoir:

« Tintenstrahldrucker; Tintenpatronen [Toner] für Photokopiergeräte [leer]; wissenschaftliche, Schifffahrts-, 

Vermessungs-, fotografische, Film-, optische, Wäge-, Mess-, Signal-, Kontroll-, Rettungs- und 

Unterrichtsapparate und -instrumente; Geräte zur Aufzeichnung, Übertragung und Wiedergabe von Ton und 

Bild; Apparate und Instrumente für die Leitung, die Verteilung, die Umwandlung, die Speicherung, die 

Regulierung oder die Steuerung von elektrischem Strom; Magnetaufzeichnungsträger, Schallplatten; 

Verkaufsautomaten und Mechaniken für geldbetätigte Apparate; Registrierkassen, Rechenmaschinen, 

Datenverarbeitungsgeräte und Computer, Computer-Software; Feuerlöschgeräte.» (classe 9)

La marque opposante est enregistrée notamment pour les produits suivants:

« Wissenschaftliche, Schiffahrts-, Vermessungs-, fotografische, Film-, optische, Wäge-, Mess-, Signal-, Kontroll-, 

Rettungs- und Unterrichtsapparate und -instrumente; Apparate und Instrumente für die Leitung, die Verteilung, 

die Umwandlung, die Speicherung, die Regulierung oder die Steuerung von elektrischem Strom; Geräte zur 

Aufzeichnung, Übertragung und Wiedergabe von Ton und Bild, Magnetaufzeichnungsträger, Schall-platten, 

Verkaufsautomaten und Mechaniken für geldbetätigte Apparate, Registrierkassen, Rechenmaschinen, 

Datenverarbeitungsgeräte und Computer, Feuerlöschgeräte; Computersoftware, Computer, Computeranlagen, 

elektronische Unterhaltungsgeräte; Hardware, insbesondere für Steuerung, Überwachung, Betrieb, Entwicklung 

von Computern, Computeranlagen, Computeranwendungen, Informationspräsentation, Zu-gangskontrolle zu 

anderen Programmen; informations- und datenverarbeitende und -übermittelnde Anlagen und Geräte; 

Halbleiterbauelemente, elektrische Schaltkreise, Speichermedien, Server, Anzeigen (Displays), Batterien, 

Elektrokabel und deren Teile, Stecker; elektrische, magnetische, optische Module; Hardwarekomponenten, 

Sensoren, Zentrale Recheneinheiten; elektrisch, magnetisch, optisch gespeicherte Dateien, insbesondere 

Finanzdateien, wissenschaftliche Dateien, publizistische Dateien, Instruktionsdateien (Manuals), elektrische und 

elektronische Bauteile; Antennen, Komponenten der Datenfernübertragung, elektrische Baugruppen, 5/8

Eingabegeräte, Ausgabegeräte, Computerperipherie, Netzwerke, Integrierte Schaltungen, 

Netzwerkkomponenten; elektrisch, magnetisch, optisch gespeicherte Algorithmen; Computerausrüstung; 

Computerzubehör soweit in Klasse 9 enthalten; Mausmatten (Mousepads), Schaltungen, Systemplatinen, 

Steckkarten; magnetische, optische, elektrische Scheckkarten, Chip-karten (Smartcards), PCMCIA-Karten; 

Stromversorgungsgeräte, Transformatoren, elektrische Umformer, Geräte zum Datenspeichern oder -lesen; 

Computerterminals, Arbeitsplatzrechner (Workstations), Steuereinheiten, Netzwerkterminals, 

Kommunikationsterminals, Adapter, Drucker, Schnittstellen (Interfaces), Hardwarekomponenten für Steuerung 

und/oder Überwachung, Alarmanlagen; elektronische Überwachungsanlagen, insbesondere solche die zentrale 

Recheneinheiten, Computer, Server, Anzeigen, Software umfassen; Computer mit Peripherie; Geräte zum 

Aufnehmen und/oder Wiedergeben von Audiosignalen oder Videosignalen, darunter Kopfhörer, Mikrophone, 

Kameras, Lautsprecher; datenübertragende oder -empfangende Geräte oder Medien, Sender-Empfänger 

(Transceiver), Telefonstationen und -anlagen, Telefone, Telefaxgeräte, Schalter, Multiplexer, Demultiplexer, 

Modems, Sender, Empfänger, elektronische Bauteile, elektronische Geräte, gedruckte Schaltungen, 

Mikroprozessoren; Datenspeichermedien wie Disketten, Bandspeichermedien, Plattenspeichermedien; 

Multimedia-Adapterkarten für PCs, Arbeitsplatzrechner (Workstations); elektronische persönliche 

Kleincomputer, elektronische Taschenagendas, Personenrufgeräte (Pager), mobile Computerhardware oder -

komponenten, Sensoren, Feuchtefühler, Temperaturfühler, Helligkeitsfühler, Magnet- und Videobänder, CDs, 

CD-Halter, CD-Hüllen, Projektoren, Fernbedienungsgeräte, Computerkoffer, elektrische, magnetische, optische 

Datenträger, Büromaschinen soweit in Klasse 9 enthalten und ihre Komponenten, Fotokopierer, 

Telekommunikationsgeräte und deren Komponenten, leitfähige und nichtleitfähige Überzüge für Leiterplatten.» 

(classe 9)

1. La grande majorité des produits visés par l’opposition se retrouve à l’identique dans le libellé de la marque 

opposante, à savoir « Wissenschaftliche, Schifffahrts-, Vermessungs-, fotografische, Film-, optische, Wäge-, Mess-

, Signal-, Kontroll-, Rettungs- und Unterrichtsapparate und -instrumente; Geräte zur Aufzeichnung, Übertragung 

und Wiedergabe von Ton und Bild; Apparate und Instrumente für die Leitung, die Verteilung, die Umwandlung, die 

Speicherung, die Regulierung oder die Steuerung von elektrischem Strom; Magnetaufzeichnungsträger, 

Schallplatten; Verkaufsautomaten und Mechaniken für geldbetätigte Apparate; Registrierkassen, 

Rechenmaschinen, Datenverarbeitungsgeräte und Computer, Computer-Software; Feuerlöschgeräte.

2. Les « Tintenstrahldrucker» sont également identiques, dans la mesure où ils sont inclus dans les 

« Drucker ».

3. Les produits restants (« Tintenpatronen [Toner] für Photokopiergeräte [leer] ») sont eux à qualifier de 

fortement similaires aux produits de l’opposante et en particulier aux « Computerausrüstung; 

Computerzubehör soweit in Klasse 9 enthalten; Drucker; Fotokopierer ». En effet, ces produits ont une connexité 

évidente entre eux. Notamment, ils partagent les mêmes rayons dans les magasins et les toners sont des 

accessoires souvent produits par les fabricants de photocopieuses et d’imprimantes. En outre, les produits 

revendiqués par l’opposante constituent le complément utile de ceux revendiqués par la défenderesse et 6/8

inversement (cf. Directives, Partie 5, ch. 7.1.1).

4. Par conséquent, il sied de conclure à l’identité respectivement la similarité des produits en cause.

C. Comparaison des signes

1. Selon le Tribunal fédéral, la différenciation entre deux marques est déterminée par l’impression d’ensemble 

que chacune laisse au public visé. Etant donné que celui-ci n’a le plus souvent pas l’occasion de percevoir 

les deux signes en même temps et ne conserve qu’un souvenir de la marque antérieure, il faut tenir compte 

des éléments caractéristiques des marques aptes à rester dans la mémoire du consommateur moyen. Le 

fait d’ajouter des éléments à la partie distinctive principale d’une marque est insuffisant s’ils ne sont pas 

aptes à modifier de manière sensible le signe et si les marques continuent de concorder dans leurs 

éléments essentiels. Le fait que la marque soit complétée par un autre signe ne change rien non plus 

(Directives, Partie 5, ch. 7.3). S’agissant des marques verbales, leur impression d’ensemble est déterminée 

en premier lieu par l’effet auditif et l’effet visuel. L’effet auditif est influencé par le nombre des syllabes, la 

cadence et la suite de voyelles, alors que l’effet visuel dépend de la longueur des mots et de la similarité ou 

de la différence des caractères. Le sens d’une marque verbale est également déterminant pour l’impression 

d’ensemble (Directives, partie 5, c h. 7.3.1). 

2. Les signes en litige sont de nature verbale et constitués de combinaisons de deux termes anglais, à savoir 

THINKCENTRE pour la marque opposante et THINKshop pour la marque attaquée.

3. Les signes concordent sur le verbe anglais « think », parfaitement perceptible de part et d’autre. Selon la 

pratique et la jurisprudence constantes, le fait de reprendre un ou des éléments essentiels du signe 

opposant est de nature à fonder un risque de confusion (voir par exemple TAF, B-4151/2009 – GOLAY / 

Golay Spierer (fig.); TAF B-7500/2006 – Diva Cravatte (fig.) / DD DIVO DIVA (fig.)). Il s’agit dès lors ici de 

déterminer si l’élément « THINK » peut être considéré comme essentiel et d’évaluer l’impact des ajouts 

dans la marque attaquée.

D. Risque de confusion

1. Il y a risque de confusion au sens de l’art. 3 al. 1 let. c LPM, lorsque le signe le plus récent porte atteinte à 

la fonction de la marque antérieure. Il existe une telle atteinte quand la similitude ou l’identité des marques 

risque de prêter à confusion dans les milieux concernés et que ces derniers attribuent les produits ou 

services sur lesquels est apposé l’un ou l’autre signe au mauvais titulaire. Une vague possibilité de 

confusion ne suffit pas. Il doit être vraisemblable que le consommateur moyen confonde les marques (voir 

not. Directives, Partie 5, ch. 7.4.1). Plus les produits ou les services pour lesquels les marques sont 

enregistrées sont proches, plus il y a risque de confusion et plus le signe postérieur devra se distinguer du 

signe antérieur pour exclure ce risque. Il en est de même du cas inverse (Directives, Partie 5, ch. 7.5.). Le 

champ de protection d’une marque se détermine par son caractère distinctif. Le domaine de similitude est 

plus restreint pour les marques faibles que pour les marques fortes (Directives, Partie 5, ch. 7.7.).

2. Le verbe « THINK » est parfaitement individualisé de part et d’autre. Il signifie « penser, réfléchir » et 7/8

appartient au vocabulaire anglais de base. Premier des deux éléments de la marque opposante 

« THINKCENTRE », il est même à considérer comme marquant dans l’impression d’ensemble de cette 

dernière. En effet, en relation avec les produits concernés en classe 9, ce mot seul n’a pas de signification 

directement descriptive. Par conséquent, il convient d’attribuer, tant à ce terme qu’au signe opposant dans 

son entier, une force distinctive et un champ de protection normaux.

3. Il est dès lors question d’une reprise d’un élément essentiel du signe opposant. Dans ces conditions, le seul 

ajout du terme « shop » dans la marque attaquée n’est pas en mesure de modifier de manière déterminante 

l’impression d’ensemble ou, autrement dit, il ne permet pas d’occulter la présence de l’élément repris 

« THINK ». Ceci est d’autant plus marquant que le mot « shop » est relativement faible et qu’il est

conceptuellement proche du terme « CENTRE » de la marque opposante. Les deux signes présentent ainsi 

également dans leur ensemble des similitudes structurelles et sémantiques.

4. Par ailleurs, on relèvera que le degré d’attention doit être qualifié de normal au vu de la nature des produits 

en cause. En effet, ceux-ci ne sont pas exclusivement destinés à des professionnels. 

5. Par conséquent et dès lors que les produits sont identiques respectivement similaires, il existe un risque de 

confusion.

6. Même si un destinataire pouvait percevoir des divergences visuelles et auditives entre les marques en 

présence, il pourrait facilement penser à une variante de la marque de base ou à une marque de série et en 

déduire, en voyant la marque attaquée, qu’il s’agit du même titulaire que l’opposante ou d’un titulaire qui lui 

est lié. On parle alors de risque de confusion indirect (cf. Directives, Partie 5, ch. 7.4.2).

7. L’opposition est donc bien fondée.

IV. REPARTITION DES FRAIS

En statuant sur l’opposition, l’Institut doit décider si et dans quelle mesure les frais de la partie qui obtient gain 

de cause doivent être supportés par celle qui succombe (art. 34 LPM en relation avec l’art. 24 OPM). En règle 

générale, la partie qui succombe doit prendre en charge la taxe d’opposition ainsi que les frais de 

représentation de l’autre partie. En prenant en compte que la procédure doit être avantageuse, la pratique est 

d’allouer une indemnité de CHF 1'000.- par échange d’écriture (voir Directives, Partie 5, ch. 9.4.).

L’opposition est admise dans sa totalité. Il convient dès lors d’attribuer à l’opposante une indemnité à titre de 

dépens. La procédure a nécessité un échange d’écriture, à savoir le mémoire d’opposition pour l’opposante. 

Dès lors, l’Institut est d’avis qu’il convient d’attribuer à cette dernière une somme de CHF 1'800.- à titre de 

dépens (y compris CHF 800.- à titre de remboursement de la taxe d’opposition).8/8

Par ces motifs, l’Institut 

décide :

1. L’opposition n° 12349 contre la marque suisse n° 625 428 « THINKshop » est admise.

2. La marque suisse n° 625 428 « THINKshop » sera révoquée pour l’entier de la classe 9.

3. La taxe d’opposition de CHF 800.- reste acquise à l’Institut.

4. Il est mis à la charge de la défenderesse le paiement à l’opposante d’une somme de CHF 1’800.- à titre de 

dépens (y compris CHF 800.- à titre de remboursement de la taxe d’opposition).

5. La présente décision est notifiée aux parties.

Berne, le 20 novembre 2012

Division des marques

Steve Hauser

ppsection des oppositions 

Voies de droit :

Cette décision peut faire l’objet d’un recours, dans un délai de 30 jours à compter de cette notification, 

auprès du Tribunal administratif fédéral, case postale, 9023 St. Gall. Une copie de la présente décision 

est à joindre au mémoire de recours.